ERCVOX

Forum du CLiD
Nous sommes actuellement le 29 Nov 2022, 06:20

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 6 messages ] 
Auteur Message
MessagePublié: 10 Oct 2007, 18:36 
Hors-ligne
Administrateur

Inscrit(e) le : 14 Avr 2005, 17:44
Message(s) : 373
SEMANTIQUE DIALECTALE EMPIRIQUE LOGIQUE
SEMANTIQUE SUR BASE ETHNOGRAPHIQUE (Dauzat, NALF, J. SEGUY, Plantes, JLFossat, ethnozoonymie, alimentation carnée, ontologies de domaine, onomasiologie, sémasiologie

Envoyé par: FOSSAT J.-L. ERSS [SEMANTIQUE] <fossat@univ-tlse2.fr> (ppp-130.dialup-141.worldonline.fr)
Date: Mercredi, 28 Novembre 2001, ˆ 7:51

Soit un exercice de définition des caractéristiques du FEU DE LA SAINT-JEAN (ALF, NALF, AIS, ALLOC, ALLOR, ALC etc.). Les réponses lexicales étant engrangées (liste de MOTS par informateur localisé /liste de localités, la question qui se pose est celle ddu recueil des CONTEXTES associés aux réponses lexicales, quand s'engage un dialogue entre ENQUETEUR et informateur : QUESTION 1 : le feu de la St-Jean, il est fait de quoi ? Question 2 Qui l'allume ? Question 3 où l'allume-t-on? Question 4 que fait-on avant que le feu soit allumé, pendant, après ? Question 5 Les TISONS, une fois le feu éteint, qu'est-ce qu'on en fait ? Il est fait appel à vos connaissances pour remplir ce questionnaire sémantique : on ouvre ici une sorte de CONCOURS de connaissances empiriques.


Haut
 Profil Envoyer un message privé  
 
MessagePublié: 10 Oct 2007, 18:44 
Hors-ligne
Administrateur

Inscrit(e) le : 14 Avr 2005, 17:44
Message(s) : 373
Re: SEMANTIQUE DIALECTALE EMPIRIQUE LOGIQUE

Envoyé par: MOULOUD Noël <fossat@univ-tlse2.fr> (dyn-213-36-79-84.ppp.libertysurf.fr)
Date: Mercredi, 28 Novembre 2001, ˆ 9:59

En Réponse à: Re: SEMANTIQUE DIALECTALE EMPIRIQUE LOGIQUE (CARTOGRAPHE [ MSH TOULOUSE])

Comment situez-vous votre analyse par rapport à mon ouvrege L'ANALYSE ET LE SENS?
D'après ce que vous dites, ce ne sont pas les seuls philosophes et les seuls logiciens qui ont à traiter du SENS; ce sont aussi les gens ordinaires quand ils ont affaire au langage et avec le langage; votre proposition de carte DESCRIPTIVE pose plus de questions qu'elle ne formule de propositions; vous proposez l'utilisation de technologies et votre description peut sembler à la marge des préoccupations méthodologiques des épistémologues, des linguistes, des sémanticiens: on a l'inpression qu'après QUINE, HINTIKKA, vous vous interrogiez aussi comme les logiciens sur la REFERENCE, le SENS, les MODALITES; on a l'impression que les cartes quie vous produisez sont des cartes de PROPOSITIONS qui organisent la référence (les REFERENCES plutôt); je sais que vous parlez souvent en anthropologie de la significatioin (BESCHE 1984) des logiques naturelles, des logiques culturelles, des logiques économiques; vos cartes semblent présenter une cartographie des CARACTERISTIQUES extraites par vos TEMOINS, qui n'ont pas lu la grammaire de Port-Royal, sont étrangers aux formalismes de la linguistique saussurienne, aux formalismes de la sémantique générative (Chomsky, LAKOFF); on a l'impression que votre cartographie est de fait la cartographie de SEQUENCES qui organisent le DISCOURS (ON SAUTE; ON PRIE etc.). Evidemment une DESCRIPTION précise, par le menu, canton par canton, quartier par quartier, voire maison par maison est ce qui vous préoccupe le plus (données spatialisées). Pourquoi ne vous posez-vous pas la question: MAIS POURQUOI fait-on cela? Sans doute parce que vous pensez que cette question n'est pas de votre ressort? tout juste pouvez-vous accéder à des réponses à la question formulée en termes empiriques: comment peut-il se faire qu'il en sont ainsi, que les choses concernant ce domaine d'expérience se passent ainsi, encore en 1950, 1960 (mais sans doute de moins en moins, avec des changements, des pertes de pratiques, des détournements de pratiques? non? Toutefois on ne voit pas en quoi votre position, concorde avec une théorie logico-opératoire explicite et démontrée.
Votre cartographie met l'accent sur l'aspect informatif /perdormatif du discours de vos témoins, hommes d'expérience, qui ont pratiqué la chose toute leur existence; mais on ne voit pas que vous vous inscriviez dans une théorie pragmatique généralisée explicite; serait-ce parce que vous vous souciez davantage des conditions psycho-sociales qui sont sous-jacentes à l'énonciation? Ne serauit-ce pas cet arrière-fond qui vous préoccupe et que vous cherchez à mettre en évidence à travers bien des pratiques cartographiques: je me rappelle vos cartes du PASTET, de la PASTA TORRADA, du PASTET de MUDADISSSAS, du PASTET TORRAT (Pays de Barèges, Lavedan, Bigorre), vos cartes de la BROJA (comportements alimentaires béarnais) et vos cartes des termes dialectaux de la boucherie gasconne (1971). Vous aviez alors mis en évidence (1971) une cartographie qui prenne en compte les ECHANGES ENTRE TYPE DE LOCUTEURS reliés par des réseaux socio-économiques, si j'ai bien compris(carte CODAU), une cartographie dynamique prenant en compte une part d'INTERACTIONS SOCIALES en réseaux sociaux: vos cartes témoignent alors de constellations de nature social, réellement social et psycho-social, mais sans jamais recourir au principe de REGLES: vos cartes des années 70 semblaient être de type SOCIO-CENTRIQUE; on ne sait toutefois comment vous envisagez les rapports entre SIGNE, EMPIRIE et PENSEE SYMBOLIQUE;certes en surface, les MODALITES que vous cartographiez sont des expressions linguistiquement bien formées: des phrases, organisées par des opérateurs verbaux; en surface, on y relève ce que les linguistes ont appelé OPERATEURS de QUANTIFICATION: comment faire autrement? ne s'agit-il pas tout simplement de CONTRAINTES, et non de REGLES? N'avez-vous pas par exemple des opérateurs de négation à cartographier " ah! ça, non, nous, NON, pas ici; là-bas, vers XXX, là, OUI, mais PAS ICI"; autrement dit vous prenez en compte des catégories dégagées en surface par l'analyse grammaticale; mais il semble que vous n'accordiez pas de poids à cette analyse, préoccupé que vous sembnlez par le REPERAGE de "LIGNES D'UNIVERS": ces lignes d'univers que l'on peut TRACER, relient des MONDES pris à des états différents de l'EMPIRIE (de l'expérience); autrement dit votre cartographie est une première esquisse d'un niveau de REPRESENTATION CONCRETE (non de la représentation conçue en termes de FORMULATION ABSTRAITE): on aimerait savoir comment vous vous positionnez par rapport à de telles questions.
On ne voit pas notamment comment vous reliez votre représentation concrète à l'approche sémantique des grammaires fonctionnelles [GF de Simon DIK]; ce ne sont pas tant les agents, les parlants qui vous préoccupent, me semble-t-il que la "COLLECTIVITE" GRADUEE, gradiente, de ces AGENTS: une simple représentation concrète de l'histogramme des réponse donne une idée du gradient de vos AIRES ou CONSTELLATIONS de réponses.
Est-ce un hasard que cette reprise de contact se fasse à propos d'une carte relative à l'ESPRIT RELIGIEUX, au sentiment religieux (ligne d'univers se croisant: avant le christianisme, après le christianisme) ? On vous sent plus préoccupé par une logique de stabilité (logique de développement durable des objets stables) que par une perspective FONDAMENTALISTE? NON? Mais votre cartographie se limite à décrire des variétés de type socio-écologique de surface à la manière de SAPIR, WHORF, s'ils avaient eu à se saisir de vos matériaux, voire à la manière de GRANGER, Marshall SHALINS, vos maîtres en la matière sans doute? On sent aussi que vos cartes renvoient l'interprète à une sépantique de DEPENDANCE des contextes socio-historiques en AQUITAINE comme ailleurs (VOLOCHINOV-BAKHTINE) et que vous êtes sur une position de retour à la SEMANTIQUE HISTORIQUE ET COMPARATIVE?
Réponses à ce message

* Re: SEMANTIQUE DIALECTALE EMPIRIQUE LOGIQUE (views: 13)
Fossat J.-L. Dialectologie/Sémantique (ppp-59.dialup-191.worldonline.fr) -- Jeudi, 29 Novembre 2001, ˆ 5:57


Haut
 Profil Envoyer un message privé  
 
MessagePublié: 11 Oct 2007, 08:55 
Hors-ligne
Administrateur

Inscrit(e) le : 14 Avr 2005, 17:44
Message(s) : 373
ATLAS NUMERIQUE: DONNEES SEMANTIQUES
ONTOLOGIE DE DOMAINE
OBJET SEMANTIQUE COMPLET, PARFAIT
CREATION DE NOUVELLES DONNES LEXICALES TABULAIRES
CREER DE NOUVELLES TABLES RELATIONNELLES
OBJETS A GEOMETRIE D
OBJETS A GEOMETRIE R
OBJETS A GEOMETRIE DF
OBJETS A GEOMETRIE F
OBJET RELATIONNEL COMPLEXE: OGD + OGR ===> $1; $1 + POGDF ===> $2 etc.
CRER CES NOUVELLES DONNEES TABULAIRES

Le corpus numérisable est le CORPUS D R DF F recueilli par ERA 352 CNRS/UTM, mis entraitement par URL8 INaLF (analyse J. Dendien, J.L. Fossat) et implémentation HAMON (nom DMRD_H) sur site CICT, données tabulaires rapatriables sous ACCESS, FOXPRO, DBASE; ces données tabulaires attendent leur GEOMETRIE, leurs calculs de DISTANCES LEX COMPLEXES, leur polygonage; un prototype a étébréalisé par CLID et SOCIETE IMAGE, pour un sous_ensemble de données spatiales concernant 3 polygones nommés LANDES, GIRONDE, LOT-ET-GARONNE
Mais cette application ne constitue pas à proprement parler une TABLE de PROPRIETES SEMANTIQUE de mlanière explicite; elle encode des entrées lexicales recueillies sur la base d'un questionnaire classique de type onomasiologique, pour un domaine d'expérience caractérisé par l'ontologie d'un domaine relationnel complexe [ opération biou, vedel, anhel, garia, tesson, maura, carn ]


Haut
 Profil Envoyer un message privé  
 
MessagePublié: 11 Oct 2007, 09:10 
Hors-ligne
Administrateur

Inscrit(e) le : 14 Avr 2005, 17:44
Message(s) : 373
Re: SEMANTIQUE DIALECTALE EMPIRIQUE LOGIQUE
VERS DE NOUVELLES DONNEES TABULAIRES SEMANTIQUES
DONNEES SPATIALISEES: CORPUS D R DF F spatialisé, associé à une GEOMETRIE et à UNE SEMIOLOGIE GRAPHIQUE RELATIONNELLE robuste, mais non simpliste.

Envoyé par: Fossat J.-L. Dialectologie/Sémantique <fossat@univ-tlse2.fr> (ppp-59.dialup-191.worldonline.fr)
Date: Jeudi, 29 Novembre 2001, ˆ 5:57

En Réponse à: Re: SEMANTIQUE DIALECTALE EMPIRIQUE LOGIQUE (MOULOUD Noël)

REPONSE PARTIELLE :
Il s'agit ici des éléments de CARTOGRAPHIE SEMANTIQUE qui peuvent donner lieu à représentation spatiale, dans les limites des enquêtes dialectales d'un atlas; il ne s'agit pas ici de discuter la question de la relation des logiques de paysans producteurs vendeurs à leurs produits langagier; mais plus simplement des fragments de sémantique compositionnelle et propositionnelle que les enquêteurs ont relevés à propos de leur relevé en forme de LISTE_MOTS: par exemple APPEAU(X), a donné lieu à un MOT apèu localisé comme réponse DF, apèt (encodé comme objet avec ATTRIBUT PH DILALECTAL (avec GEOMETRIE DE COUCHE DIAL)
MOD 1 ON LES ACHETE DANS DES MAGASINS (commerce, réseau commercial, objets normés nomenclaturés en MOD FRA)
MOD 2 ENGINS DIVERS FABRIQUES OU ACHETES UTILISES POUR APPELER
MOD3 POUR LES PALOMBES
MOD4 pour les tourterelles
MOD5 ce sont des oiseaux vivants, surtout des palombes
MOD6 pour les perdrix : une corne de vache vidée, des plumes d'oie à la pointe et à l'arrivée
MOD 7 POUR LES ALOUETTES: engin fait d'un moyeu percé de deux trous MOD 8 BRUITS DE BOUCHE.
MOD 9 POUR LES PERDREAUX, fait d'un escargot vide et troué à la pointe MOD 10 ON IMITE LE CHANT DU COUCOU
MOD 11 on met les mains en cornet devant la bouche, la joue gonflée MOD 12 ON IMITE LES CRIS D'OISEAUX: ESCARNIR etc.
Telles sont les données du domaine d'EMPIRIE (domaine d'expérience, doté d'une GEOMETRIE et d'une SEMIOLOGIE).
On notera que l'enquête complémentaire ethnographique réalisée en Gascogne par Jean Séguy et J. Allières (Phonothèque ATP PARIS DEPOT DE COPIE, Anthologie Numérique ERCVOX TOULOUSE 2001 [ 6 CDR], a enregistré des appels d'oiseau.
La complexité apparente peut et doit être réduite, si l'on veut optimiser la géométrie, mettre dans les données tabulaires une géométrie adéquate; ainsi les PREDICATS " pour les perdreaux, pour les tourterelles etc.) peuventnêtre regroupés, à un noeud de graphe (sommets, arêtes), par souci d'optimisation.
Dans un dictionnaire, ces données tabulaires ne sont pas nécessairement spatialisées; ou spatialisées avec APPROXIMATION (nom d'un POLYGONE: BAS-ADOUR) dans un recueil de type atlas l'objet complet est TOUJOURS spatialisé (conttrainte professionnelle)
* Re: SEMANTIQUE DIALECTALE EMPIRIQUE LOGIQUE (views: 13)
GEOLOGUE SEMANTICIEN (dyn-213-36-79-117.ppp.libertysurf.fr) -- Jeudi, 29 Novembre 2001, ˆ 9:51


Haut
 Profil Envoyer un message privé  
 
MessagePublié: 11 Oct 2007, 13:27 
Hors-ligne
Administrateur

Inscrit(e) le : 14 Avr 2005, 17:44
Message(s) : 373
Re: SEMANTIQUE DIALECTALE EMPIRIQUE LOGIQUE

Envoyé par: CARTOGRAPHE [ MSH TOULOUSE] <fossat@univ-tlse2.fr> (dyn-213-36-79-117.ppp.libertysurf.fr)
Date: Mercredi, 28 Novembre 2001, ˆ 9:22

En Réponse à: SEMANTIQUE DIALECTALE EMPIRIQUE LOGIQUE (FOSSAT J.-L. ERSS [SEMANTIQUE])

Soit un exercice de définition des caractéristiques du FEU DE LA SAINT-JEAN (ALF, NALF, AIS, ALLOC, ALLOR, ALC etc.).
Les réponses lexicales étant engrangées (liste de MOTS par informateur localisé /liste de localités, la question qui se pose est celle du recueil des CONTEXTES associés aux réponses lexicales, quand s'engage un dialogue entre ENQUETEUR et informateur : QUESTION 1 : le feu de la St-Jean, il est fait de quoi ?
REPONSE A QUESTION1 = CARTE 1 DES CONTEXTES [NATURE, MATIERE, MATERIAUX]
MODALITE 1 BROUSSAILLES [liste localités] eisharts, brana, tojaca (31 COX, ateliers de potiers/four avec barralha
MOD 2 BRUYERE [LISTE_LOCALITES] brana branda
MOD 3 FAGOTS [LISTE LOCALMITES] eisharts 31 COX
MODALITE 4 DEBRIS DE BOIS [LISTE LOCALITES]
MODALITE 5 BRANCHAGES, RAMES, broyés ou non [LISTE LOCALITES] MOD 6 TAS DE PAILLE [LISTE LOCALITES]
MOD 6 AVEC UN PIEU CENTRAL [LISTE LOCALITES]
MOD 7 TRONC FENDU AVEC DES COINS [LISTE LOCALITES]
MOD 8 AVEC UN BOUQUET AU SOMMET [LISTE LOCALITES]
MOD9 AVEC UNE CROIX ET UNE COURONNE AU SOMMET [LISTE LOCALITES] etc...
ON obtient ainsi, comme pour atlas athnographique des pratiques, une représentation CARTOGRAPHIQUE des réponses à la Q 1, témoignant de la diversité des réponses, mises en données tabulaires (excel, par exemple)

Question 2 BASE 2 TABLE 2 AGENTIF Qui l'allume ? REPONSE CARTE MOD1 LE PLUS VIEUX
MOD2 LES DERNIERS ARRIVES
MOD3 LE CURE [CARTE DES MODALITES REPONSES A QUESTION 2]
Question 3 BASE 3 TABLE 3 où l'allume-t-on? REPONSE PAR CARTE A Q3 MOD1 COMMUNAL
MOD2 PAR QUARTIERS
MOD 3 PÄR MAISONS: on, a ainsi une CARTE 3 à QUESTION 3

Question 4 BASE 4, TABLE 4: que fait-on avant que le feu soit allumé, pendant, après ? REPONSE: CARTE 4
MOD1 ON PRIE A L'EGLISE
MOD2 ON PRIE DEVANT LE FEU, AVANT
MOD3 ON PRIE DEVANT LE FEU APRES
MOD4 LE FEU EST BENI [LISTE LOCALITES]
MOD5 ON FAIT UNE PROCESSION [LISTE LOCALITES]
MOD6 ON DANSE EN ROND AUTOUR [LISTE LOCALITES]
MOD7 ON SAUTE [LISTE LOCALITES]

Question 5 BASE 5 TABLE 5
Les TISONS, une fois le feu éteint, qu'est-ce qu'on en fait ?
REPONSE CARTE Q5
MOD 1 ON LES GARDE
MOD 2 ON LES JETTE DANS UN PUITS
MOD3 ON LES ETEINT AVEC DE L'EAU
MOD4 ON TIRE DES COUPS DE FUSIL
Il est fait appel à vos connaissances pour remplir ce questionnaire sémantique : on ouvre ici une sorte de CONCOURS de connaissances empiriques.
CONCLUSION : Relire ALG6 commentaires des cartes de ce type par Jean Séguy, au vu des notes ethnographiques et sémantiques; relive VAN GENNEP, Manuel (cartographie ethnographique) -. Comment représenter la cartographie de ces réponses (cartographie de données pragmatiques): tout simplement en passant par un ENCODAGE sous forme de tables EXCEL des réponses et en affectant un code SYMBOLE/COULEUR à chaque type de réponse: voyez par exemple UMS838/carto/gascon: il n'y a pas de raison de gérer de manière différente les informations pragmatiques.
INFORMATION INITIALE
GEOMETRIE DE TABLE
SYMBOLIQUE ET SEMIOTIQUE DE COULEURS
EXEMPLE: JS 1953 Prototypage de cartographie botanique NOMS PLANTES PYR CENTRALE (cartes couleur)
Réponses à ce message

* Re: SEMANTIQUE DIALECTALE EMPIRIQUE LOGIQUE (views: 16)
MOULOUD Noël (dyn-213-36-79-84.ppp.libertysurf.fr) -- Mercredi, 28 Novembre 2001, ˆ 9:59


Haut
 Profil Envoyer un message privé  
 
MessagePublié: 11 Oct 2007, 13:35 
Hors-ligne
Administrateur

Inscrit(e) le : 14 Avr 2005, 17:44
Message(s) : 373
Re: SEMANTIQUE DIALECTALE EMPIRIQUE LOGIQUE
DONNEES TABULAIRES
ENCODAGE

Envoyé par: GEOLOGUE SEMANTICIEN <fossat@univ-tlse2.fr> (dyn-213-36-79-117.ppp.libertysurf.fr)
Date: Jeudi, 29 Novembre 2001, ˆ 9:51

En Réponse à: Re: SEMANTIQUE DIALECTALE EMPIRIQUE LOGIQUE (Fossat J.-L. Dialectologie/Sémantique)

Je souhaite, en tant que GEOLOGUE soumettre à votre sagacité un questionnaire fondé sur les n MODALITES du concept TERRE/TERRAIN, tel qu'il est abordé par l'immense documentation dialectale AIS II,416 ALF 1440, ALC 149 MILLARDET 130, BL 43
MOD1 terre ARGILEUSE
MOD2 terre CAILLOUTEUSE
MOD3 terre POREUSE
MOD4 terre MEUBLE
MOD5 terre QUI DURCIT après la pluie
MOD6 terre LEGERE
MOD7 terre MOUILLEE
MOD8 terre marécageuse (MOUILLERE)
MOD9 terre DIFFICILE A TRAVAILLER
MOD10 terre SABLONNEUSE
MOD11 bord de rivière (RIBERA, RIBERANERT)
MOD13 terre CALCAIRE , CRAYEUSE
MOD 14 terre MARNEUSE
MOD 16 terre AVEC VEINES ROUGES (rougier)
MOD17 terre SPONGIEUSE, terre SOUFFLE
MOD 18 terre d'ALLUVIONS
MOD 19 terre ordinaire, moyenne (EVALUATION) VS. BONNE, MOYENNE, MAUVAISE
MOD20 terre COUVERTE DE LIMON après une crue
MOD21 terre SECHE (reish)
MOD22 terre EN PENTE
MOD 23 terre en BANCELS en TERRASSES (bancels, bancarels, faissas, heishas): on fournit ici cette taxonomie lacunaire provisoire, exploratoire, qui est susceptible de rendre compte des représentations populaires des QUALITES du sol chez des paysans ordinaires, dans tel pays, par exemple RIVERENERT, LESCURE, RIMONT, COL DE LA CORE; vous pourrez compléter par TERRE NOIRE; terre bonne pour les SEIGLES DE MARS, D'ALTITUDE; terre bonne pour le maïs etc.
Pour une approche sémantique de ce type de problème selon des méthodes d'analyse qualitative, V. Bruno BESCHE-COMMENGE (Problématique du GLAP et du NON-GLPAP, le REISH. dans Le Savoir des Bergers de Casabède.- 2 volumes, Toulouse 1984, Bibliothèque du CLID). On renvoie le lecteur quelque peu curieux aux norices des cartes de l'ALG, et notamment à la notice relative au concept TERRE/TERRAIN/SOL (critères géologiques: EVALUATION): les caractéristiques ici évoquées reflètent directement les préoccupations des agriculteurs producteurs sur une unité de travail annuelle (par contrainte), par rapport aux méthodes d'exploitation territoriale (production d'herbe, de seigle, d'avoine, de blé, de maïs, en rapport avec le rendement à l'hectare en plaine/montagne)


Haut
 Profil Envoyer un message privé  
 
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 6 messages ] 

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous pouvez insérer des pièces jointes dans ce forum

Recherche de:
Aller vers :  
cron
Powered by phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduit par Maël Soucaze et Elglobo © phpBB.fr